Trente et un, et un, et trois

Mathieu Jouhet
1 min readAug 1, 2023

Comme chaque année je me suis mis sur mon trente et un, et un, et ça fait deux, puis trois.

Un nouveau chapitre, les quarantièmes qui rugissent, et moi qui me tiens là, des bougies plein les bras.

Chaque été me transporte là-bas, allongé sur un tapis d’herbe, comme sur un matelas, à regarder courir le temps, et les étoiles qui filent avec.

J’ai toujours voulu les attraper, pas tant pour les garder, que pour vous les donner, comme une fortune pêchée sur la Lune avec le crochet des branches de mes lunettes.

Les caisses à savon, les nuages de coton, les refrains des chansons, et nous enfants qui jouons. Qui jouons car sans le savoir, nous savons.

Nous savons le temps, les battements d’ailes de papillons, les jours de bleu, de pluie, les tourbillons. Tous ces futurs que depuis nous nous inventons.

Comme chaque année je me suis mis sur mon trente et un, et un, et ça fait deux, et puis trois.

--

--

Mathieu Jouhet

Alors et la poésie, ça vaut bien le prix d’un sandwich, il faut écouter un poème… (Claude Scherrer) https://hello-mat.com